Éditorial 2017

Comme tous les ans, le festival allemand a l’honneur d’ouvrir le bal des
quatre festivals Univerciné.

Vous avez l’habitude de venir dans les salles obscures du Katorza dès le
mois de novembre. Cette année, le festival revêt des couleurs de fin d’année.
Cela nous permet de faire un tour d’horizon des films de langue allemande
qui ont marqué toute la saison 2017, au festival Max Ophüls à Sarrebruck, à
la Berlinale, au Festival du Cinéma Allemand de Paris.

Nous sommes donc très fiers de vous montrer une sélection, dont nous
espérons qu’elle vous fera rêver de partir au Panama, réfléchir à
la place du travail dans la vie, rire avec Josef Hader à Vienne, traquer les
coupables avec Fatih Akin et Diane Kruger, traverser l’Elbe pour arriver dans
le quartier hambourgeois de Wilhelmsburg avec Kerstin Schaefer et Marco
Reyes Loredo.

Cette sélection reflète les interrogations et les tensions du monde
germanophone aujourd’hui. Elle nous montre des films tournés vers l’avenir
et d’autres interrogeant le passé. Tandis que les premiers questionnent
les transformations des villes contemporaines, du travail et imaginent des
solutions durables pour demain, les autres reviennent sur des formes
différentes de contestation qui ont marqué l’histoire, dans des contextes
historiques divers : dans l’Europe d’avant 1848, dans un sanatorium nazi
appliquant le programme d’assassinat des malades mentaux, dans une
Suisse où les femmes n’avaient pas le droit de vote aux élections fédérales,
dans l’Allemagne des années 2000…

Partagerez-vous alors l’avis d’Heinrich Böll, pour qui, “au cinéma, il n’y a que
des bons et des méchants, tout au plus des convertis” ?
Nous nous réjouissons de vous accueillir au Katorza pour venir
échanger avec nos différents invités et partenaires à la fin des séances,
bis bald !

Martin Krechting

2017-11-27T13:36:17+00:00