Séance spéciale TRANSIT

Séance spéciale Univerciné Allemand

Lundi 30 avril à 20h45 au cinéma Katorza,
venez assister à la projection de TRANSIT, le nouveau film de Christian Petzold.
La séance sera présentée par Univerciné Allemand/le Centre Culturel Franco-Allemand.

Transit

De nos jours, à Marseille, des réfugiés fuyant les forces d’occupation fascistes rêvent d’embarquer pour l’Amérique.
Parmi eux, l’Allemand Georg prend l’identité de l’écrivain Weidel, qui s’est suicidé pour échapper à ses persécuteurs. Il profite de son visa pour tenter de rejoindre le Mexique.
Tout change lorsque Georg tombe amoureux de la mystérieuse Marie, en quête désespérée de l’homme qu’elle aime, et sans lequel elle ne partira pas…

TRANSIT est l’adaptation du roman éponyme de l’écrivaine Anna Seghers publié en 1944 pour la première fois, par les éditions Autrement.

Il y a une phrase très belle dans l’autobiographie de Georg K. Glaser : « Soudain, à la fin de ma fuite, je me retrouvai au milieu de ce que j’appelai une accalmie de l’histoire ». Georg K. Glaser était un communiste allemand qui s’était réfugié en France, puis en zone non-occupée, à l’époque où se déroule le roman TRANSIT d’Anna Seghers.
Une accalmie de l’histoire, c’est comme une accalmie des vents, le bateau ne reçoit plus la moindre brise, il est entouré de l’immensité et du néant de la mer. Les passagers sont tombés hors de l’histoire, hors de la vie. Ils sont coincés dans l’espace, dans le temps.
Les personnages de TRANSIT sont coincés à Marseille, ils attendent des bateaux, des visas, des transits. Ils tentent de fuir. Pour eux, il n’y aura pas de retour possible. Et pas d’issue. Personne ne veut les accueillir, personne ne veut s’occuper d’eux, personne ne s’aperçoit de leur présence, hormis les policiers, les collaborateurs et les caméras de surveillance. Ils sont en passe de devenir des fantômes, entre la vie et la mort, entre le passé et le présent. Le présent passe à côté d’eux et ne leur accorde aucune attention. Le cinéma aime les fantômes, peut-être parce qu’il est lui-même un espace de transit, un royaume intermédiaire. Nous, les spectateurs, sommes à la fois présents et absents.
Les personnages de TRANSIT veulent rejoindre le courant, la brise, le mouvement. Ils veulent avoir une histoire. Ils trouvent un roman inachevé qu’un écrivain a laissé derrière lui. Le fragment d’un récit. Un récit de fuite, d’amour, de culpabilité et de loyauté.
TRANSIT raconte comment ces personnages s’approprient ce récit.

CHRISTIAN PETZOLD

2018-11-13T17:01:25+00:00